Themis-justice.fr

/ L'injustice est muette et la justice crie

Le racisme n’est pas une opinion, c’est un délit

Autarcie sociale et xénophobie

Racisme

Notre époque se caractérise par le refus permanent de la différence. Les individus se voient rangés dans des cases prédéterminées par le contrôle social qu’exerce la majorité au sein des démocraties modernes. Paradoxalement, la croissance des moyens de communication, qui aurait dû avoir pour conséquence un accroissement de l’empathie globale, a favorisé l’individualisme. Ce dernier a renforcé la force du contrôle social dans la société et a conduit à un conformisme extrême. Effectivement, le contrôle social n’a jamais été aussi important qu’en ce XXIème siècle. L’accroissement des technologies médiatiques et les derniers apports de la connaissance sur les comportements humains ont permis l’instrumentalisation de ces comportements. A l’époque de l’apologie de la technologie, l’être humain ne se différencie plus, il ne pense plus par lui-même, il ne crée plus, il se contente de copier. Cela tend à rendre les comportements des divers individus de plus en plus similaires. C’est pourtant la confrontation des disparités des hommes qui forme la richesse de la race humaine et qui fonde son intérêt. Il en découle que nul individu n’est naturellement supérieur à un autre. Nous sommes tous différents, nous sommes tous uniques. Il serait pourtant utopique de croire que telle est la vision des choses de la majorité des hommes. La montée en puissance du contrôle social et du conformisme, surtout en période de crise économique, tend à faire croître les tensions entre les divers groupes sociaux ou ethniques. Il est toujours plus aisé de rejeter la faute sur l’autre. Même s’il est indéniable que des progrès constants ont été faits dans la lutte contre le racisme, la réalité montre que le communautarisme et la xénophobie augmentent dangereusement. Ainsi de nouvelles formes de racismes voient le jour, plus subreptices.

 

affiche-intolerance-tue-dugudus-racisme

http://dugudus.fr/lintolerance-tue/affiche-intolerance-tue-dugudus-racisme/

« Si tu diffères de moi, mon frère, loin de me léser, tu m’enrichis » (Antoine de Saint-Exupéry, la Citadelle). Il faut une prise de conscience générale pour arrêter de rejeter sans cesse la faute sur l’autre. Celui qui nous est étranger ne nous veut pas nécessairement de mal, ni à la société. Il peut au contraire nous aider par sa diversité. C’est en restant enfermé sur elle-même que la richesse d’une communauté sociale prend une pente glissante. En diversifiant nos rencontres et nos échanges, nous nous enrichissons intellectuellement et socialement. L’ouverture d’esprit n’est pas une fracture du crâne, elle en est la panse. Si la richesse est dans la différence, l’objectif de l’Homme moderne ne doit pas être dans la destruction de l’autre, ni dans l’instauration d’une hiérarchie, mais dans la construction de chacun en fonction de la richesse que lui apporte autrui. Cependant, dans la période de crise économique que nous traversons, les individus les plus touchés économiquement ou socialement recherchent un bouc-émissaire pour assouvir la haine qu’ils ont à extérioriser. Nous assistons ainsi depuis quelques années à une recrudescence du racisme en France.

 

Des enquêtes alarmantes

racisme

Même si certains individus tentent de filtrer les tensions du racisme au sein des débats politiques, personne n’est dupe. Pour le député UMP Thierry Mariani, « la France n’est pas raciste ». Marine Le Pen tente même ridiculement de nous faire croire que la France est « le pays le moins raciste au monde ». La France n’est pourtant pas un exemple en matière de lutte contre le racisme, loin s’en faut. Un journaliste du Washington Post a réalisé une carte de la tolérance basée sur la question « cela vous embêterait-il si une personne d’une race différente de la vôtre devenait votre voisin »? Plus le pourcentage est élevé, moins le pays est tolérant. Il en a tiré quelques conclusions: le continent américain est le plus tolérant avec une majorité des pays d’Amérique du Nord comme du Sud présentant des pourcentages inférieurs à 5%. L’Inde serait le pays le moins tolérant, suivi par la région du Moyen-Orient. Et il se trouve qu’en Europe, la France est l’un des pays les moins tolérants du continent (22,7% des sondés disent qu’ils n’aimeraient pas avoir un voisin d’une autre race).

racism-map3

Source : Philip Wess http://mondoweiss.net/2013/05/washington-racism-israel.html

 

Les résultats de cette enquête ne forment pas une exception. Le racisme et la xénophobie se voient de plus en plus pointés du doigt en France. La Commission nationale consultative des droits de l’Homme (CNCDH) procède chaque année à une étude sur la question, appuyée par une enquête d’opinion réalisée fin 2012 par le CSA auprès de 1 029 personnes. Les résultats sont plutôt parlants. Ainsi, 7% des sondés s’avouent « plutôt racistes » et 22% « un peu racistes » contre un quart (25%) qui se disent « pas très racistes » et 44% « pas racistes du tout », un chiffre en baisse  de 5 points en un an. en outre, 65% des sondés estiment que « certains comportements peuvent parfois justifier des réactions racistes » et 60% d’entre eux considèrent que « ce sont avant tout les personnes  d’origine étrangère qui ne se donnent pas les moyens de s’intégrer ». Chiffres significatifs des conflits racistes en France: seulement 8% des sondés affirment que « les personnes de différentes origines qui composent la société française vivent en bonne entente » contre 52% qui pensent qu’elles « vivent ensemble avec des tensions ». Le sentiment xénophobe a connu une progression significative ces dernières années en France. Alors qu’en 2009, 47% des sondés estimaient qu’il y avait trop d’immigrés en France, ils sont désormais 69% à partager ce sentiment.

Racisme

Pour 61% des Français, le racisme est « assez répandu » et pour 21% « très répandu », c’est-à-dire que 82% des sondés voient le racisme comme un phénomène répandu en France. A l’inverse, ils ne sont que 15% à l’estimer « plutôt rare » et 1% « très rare ». Ainsi, une très nette majorité des Français considèrent que le racisme a augmenté en France « depuis une dizaine d’années » selon un sondage BVA pour iTélé et CQFD en plein débat autour des insultes contre Christiane Taubira. Pour 57% des sondés, une réelle dégradation de la situation en dix ans a été opérée, tandis que 25% d’entre eux considèrent que la situation n’a pas changé, et 7% qu’elle s’est améliorée. Une question récurrente se pose alors face à la hausse de la médiatisation du racisme et des campagnes de sensibilisation. Le racisme a-t-il vraiment augmenté ou les individus y sont-ils plus sensibles car ils le tolèrent moins? Cette question peut paraître légitime puisque les sympathisants de gauche, plus sensibles à l’antiracisme, sont nettement plus nombreux (75%) à ressentir cette montée du racisme que ceux de droite (50% à l’UMP, 41% au FN). Mais les chiffres parlent d’eux-mêmes. Selon le ministère de l’Intérieur, 1 539 actes et menaces racistes, xénophobes et antisémites ont été recensés en 2012, soit une progression de 23% par rapport à l’année 2011.

 

 

Alors même que l’égalité est une des valeurs phares de la République, comment le droit protège-t-il les citoyens du racisme? (lien vers article diffamations et injures raciales + discriminations raciales)

 

A voir: l’art au service de la lutte contre le racisme.

http://syros.fr/blogs/syros-le-blog/tag/racisme/

http://www.konbini.com/fr/inspiration-2/images-racisme-quotidien-quelques-mots/

 

 

Informations

Article posté le 21 juillet 2014 par .